Depuis quelques années maintenant, l’on note une nette augmentation des cas de viols au Cameroun. Selon des études menées par certaines associations de la coopération technique allemande au Cameroun (GIZ), 432 000 femmes ont été violées en 2009 au Cameroun. Et Depuis 2011, 500 000 femmes en sont victimes chaque année. Parmi elles, de nombreux mineurs de moins de 15 ans. Pourtant, 5% de violeurs seulement sont inquiétés par la justice, chiffre qui selon nous est fortement dû au mutisme des victimes qui refusent de porter plainte et à la complicité des proches/parents qui ne veulent soi-disant pas jeter l’opprobre sur eux en dénonçant ces malfaiteurs. Cependant, le même organisme cité plus haut a mené d’autres études sur la base des chiffres de l’Institut national de la statistique qui ont montré que 12% des victimes de viol sont âgées de 10 ans au plus et 2% sont des enfants de 0 à 5 ans. Compte tenu de ces chiffres (et surtout de la faible sensibilisation en vue de prévenir ce fléau et accompagner les victimes) et de sa propre expérience de victime de viol, Francine NGO IBOUM a mis sur pied en 2013 l'association SAVAS (Soutien Aux Victimes d'Agressions Sexuelles) dont l'objectif majeur est de participer à la réhabilitation sociale des victimes de viol.

 

 

Qui sommes- nous ?

SAVAS c'est :

  • Le regroupement des victimes autour des plate-formes d'échange et de dialogue

 

 

 

  • La sensibilisation média et dans les établissements scolaires

 


 

Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn