CRIME RITUEL PAR SODOMIE VIOLENTE À DOUALA: Un garçon de 12 ans sodomisé à mort par Pierre Ketcha, ancien adjoint au maire de Bonaléa

Le petit Landry Assené Amougou, élève de 6ème au Collège polyvalent Les Délices (Douala), à en croire L’hebdomadaire La Météo en kiosque ce lundi 10 avril 2017 (excepté qu’il s’est trompé sur la mairie, parce qu’il s’agit de la mairie de Bonaléa, et non de Dibombari), a subi du suscité, une violente pénétration anale le 20 mars dernier au quartier Dakar à Douala.
Le lundi 20 mars dernier, à 13 heures, le petit Landry Assené Amougou de retour de l’école pour sa maison, aperçoit Pierre Ketcha, propriétaire d’un immeuble en construction au quartier Dakar. Des témoignages indiquent que l’élève de 6ème du Collège polyvalent Les Délices, saisit cette occasion en or pour, réclamer ses 2 000 FCFA au contremaitre de ce chantier où il effectue souvent quelques tâches, le nommé Fotso.
Le plaidoyer du petit collégien, trouve un écho favorable auprès de Pierre Ketcha le propriétaire de l’immeuble qui lui donne alors une coupe de 5 000 FCFA, histoire de lui ramener le reliquat. Cela fait, nous renseigne La Météo, l’ancien adjoint au maire de Bonaléa, s’enquiert de sa situation scolaire, et Landry Assené Amougou, le rassure que ses résultats sont excellents. Assertion qui aux dires des témoignages, ne convainc pas Pierre Ketcha qui demande alors à lire le carnet de correspondance du petit collégien.

Ce dernier se rend à la maison, le ramène et, le propriétaire du chantier qui deviendra plus tard son bourreau, se rend alors compte que Landry Assené Amougou, a obtenu une moyenne de plus de 14/20. Sur ce constat, Pierre Ketcha propose du poisson braisé au gamin, lequel dit-on, sera acheté auprès d’une vendeuse du coin.

Ne se doutant de rien Landry Assené Amougou, mange sereinement son poisson dans une dépendance aménagée au sein de la concession, jusqu’au moment où, Pierre Ketcha ainsi que Fotso, font irruption et se saisissent du petit garçon qui en sort quatre heures plus tard, très fatigué, trainant la jambe, et chassé sans ménagement par Pierre Ketcha. Chemin faisant, apprend-on, le petit Landry (un Beti de la Mefou et Akono, région du Centre, et de mère Balengou, région de l’Ouest) s’effondre. Transporté par des riverains à la maison, le petit collégien raconte le scénario à ses parents. Seulement, ainsi que le rapporte le bihebdomadaire La Météo dans sa livraison de ce lundi 10 avril 2017, Landy n’ira pas jusqu’au bout de ses révélations : la mort l’emportera.

Mis au parfum de la tragédie, le commissariat central N°2 de la ville de Douala, appréhende la vendeuse de poisson braisé. Gardée à vue, la police croit avoir trouvé en elle la coupable idéale et, penche naturellement vers la thèse d’un empoisonnement. Anticipant sur les inquisitions des policiers, Pierre Ketcha, malin, fait tout pour rendre la pauvre « braiseuse » de poisson coupable. « Pierre Ktetcha raconte aux enquêteurs avoir lui aussi souffert de mal de ventre au point d’en être hospitalisé quelques heures.

Malheureusement pour lui, in crime n’est jamais parfait. Au fil des investigations, la police découvre que contrairement à ses dires, l’élu déchu, n’a nullement été interné durant la période qu’il a indiquée aux fins limiers, moins encore pour des problèmes d’intoxications alimentaires. A le voir, il a plutôt bonne mine pour quelqu’un qui a consommé un plat empoisonné », écrit alors le bihebdomadaire La Météo de Dieudonné Mveng. Plusieurs personnes approchées par la police, vont-elles, déclarer n’avoir jamais rencontré de problèmes d’estomac avec le poisson de la braiseuse.

Bien plus, selon le journal du quartier Dakar à Yaoundé, le temps mis par Landry (13 – 17 h) dans la pièce du crime, intrigue les policiers. Ces derniers, focalisent alors leur attention sur les déclarations incohérentes de Pierre Ketcha l’ancien adjoint au maire de Bonaléa. Submergés par ses déclarations conflictuelles les unes contre les autres, les policiers décident de s’en tenir à un médecin légiste. Sur requête du commissaire de police principal Alain Essomé, la dépouille du petit garçon de 12 ans subit une autopsie le mardi 04 avril 2017. Les résultats, infirment de très loin, la thèse déjà trop peu plausible, de l’empoisonnement par le poisson, et confirment plutôt une violente sodomie de l’élève du Collège polyvalent Les Délices.

L’étau se resserre alors autour de Pierre Ketcha (et dans une moindre mesure, sur Ftso). La Météo l’on apprend par ailleurs qu’aux dires de certaines langues qui se sont déliées, l’ancien adjoint au maire de Bonaléa, était déjà accusé d’actes de sodomie sur mineurs. Exercice durant lequel selon ces langues baladeuses, Pierre Ketcha, se métamorphosait tantôt en lion, en panthère et autres reptiles. Affaire des langues médisantes tout de même !

Pour le reste, l’ancien maire de Bonaléa qui devait à nouveau se présenter au commissariat central N°2 de Douala demain, dit-on, raconte à qui veut l’entendre, que « la Justice ne lui fera rien ». Thèse à laquelle adhère notre confrère La Météo qui, s’insurge contre le traitement de faveur déjà accordé à Pierre Ketcha, un homme d’affaires très riche, contrairement à la pauvre braiseuse de poisson qui a enduré une garde à vue de trois jours.
L’expertise du Dr Roger Ateba de l’hôpital Gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala, parle d’une mort d’origine « criminelle » provoquée par une « pénétration anale d’un objet boudiné, lisse, tendu et probablement érectile et d’une hémorragie cérébrale ».

En attendant, le petit Landry Assené Amougou apprend-on, sera inhumé samedi prochain au village de sa mère à Balengou.

Darren Lambo Ebelle

Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn